___L'auteur___
me contacter
___S'abonner___
Qui suis-je?
S'abonner aux flux rss
S'abonner par e-mail
Me suivre sur twitter

Tag: Elections

Sortie de route de la Ferrari?

Mais qu'est-ce qui a bien pu lui passer dans la tête à la Laurence? 
Comme vous j'ai été surpris – agréablement ou pas, je ne le dirais pas – par la question qui tue, Khadafi et le financement de la campagne présidentielle de 2007, de la présentatrice vedette du 20h00 de TF1. Comment cette charmante jeune femme blonde qui passe pour une "pauvre conne" (enfin pauvre surement pas, conne? Je ne le crois pas non plus) à côté des cadors du journalisme que sont les Elkabach, Pernod (je sais ça s'écrit pas comme ça mais si j'ai envie), Joffrin, Plenel et autres, a-t-elle pu trouver le courage de bousculer l'Homme à la Rolex®, le Bombardier hongrois, le Géant des Carpates, j'ai nommé Nicolas Sarkozy. J'ai rarement vu Nicolas Sarkozy déstabilisé aussi facilement, il est vrai que dire du mal de quelqu'un, que l'on a invité à planter sa tente dans son propre jardin quelques mois auparavant,  n'est pas chose aisée.

Lire la suite →

Sarkozy et « la France face à la crise »: le débriefing

 
Neuf longs mois qu'on attendait le retour du Président de la République à la télévision. Autant dire une éternité pour Nicolas Sarkozy. Je ne sais pour qui cette longue attente a été la plus difficile à supporter, ses nombreux fans ou lui-même?

Pour marquer son retour, Nicolas a mis les petits plats dans les grands: finit les émissions de télé avec une déco en carton-pâte et un face à face avec un panel de "Français moyens" incontrôlables. C'est sous les ors de la République que Jean-Pierre Pernaut et Yve Calvi, les heureux journalistes élus pour conduire cette rencontre, ont été reçus.  Quoi de plus logique que de choisir des journalistes non-spécialistes de l'économie pour une interview consacrée au sommet européen sur la crise de la dette!

Lire la suite →

Les 17% de Montebourg n’iront pas aux urnes

Mission accomplie pour les électeurs de l'aile gauche du parti socialiste et pour les sympathisants de l’extrême gauche (communistes, mélanchonistes, NPA, Verts, etc.). Avec 17,3% de voix pour Montebourg, le candidat à la primaire le plus à gauche, contre seulement 5,7 pour Valls, le candidat le plus à droite, la gauche de la gauche a réussit son pari, déplacer le centre de gravité du PS en l'éloignant du centre. Et maintenant que faire? 
Au premier tour on choisit au second on élimine, a-t-on coutume de dire. Et si on optait plutôt pour un dimanche à la campagne et à la pêche à la ligne tellement Martine Aubry – la fille naturelle de Delors – et François Hollande – le fils spirituel de Delors – sont similaires.
Qui des deux candidats la gauche de la gauche se sent-elle le plus proche? Même si Aubry affiche une posture plus à gauche qu'Hollande, n'hésitant à fustiger la gauche mole, terme qui désigne le centre-gauche et d'une manière pas très élégante le physique un peu rond de son adversaire, peut-elle tromper 440.000 électeurs qui savent pertinemment que sur le fond rien ne les distingue réellement (les deux: ont voté oui à Maastricht, sont favorables au libre échange, sont opposés à une mise sous tutelle des banques etc.)
 
Blanc bonnet et bonnet blanc
 
Mon humble avis est que ces gens ne se déplaceront pas pour aller départager les deux candidats que même leur mentor, Montebourg, surnommait encore dimanche dernier blanc bonnet et bonnet blanc. On peut même se demander si le député de la Saône-et-Loire va appeler à voter pour l'un des deux candidats.
La cohérence idéologique voudrait qui Montebourg se range derrière Aubry qui s'affiche comme plus à gauche qu'Hollande, mais l’arithmétique et le bon sens lui disent le contraire: Stupide idée que de choisir le canasson qui a le moins de chance de l’emporter et de voir baisser son influence (et le nombre de maroquins pour ses amis) le jour où le député corrézien sera président.
 
Hare Ségo!
 
La seconde inconnue est l'attitude qu’adopteront Royal et les membres de sa secte – pardon ses sympathisants-. Comme beaucoup d'entre vous j'ai été ému par les pleures de Ségo après sa cuisante défaite mais je me suis vite repris. Et oui Madame Royal, les électeurs ne sont la propriété de personne et les 17 millions de Français qui ont voté pour vous, lors du premier tour de la présidentielle de 2007, l'ont fait faute de mieux et par défaut. Dans l'électorat de Royal il y a à boire et à manger, et surtout beaucoup d'illuminés pour qui c'est Ségo ou rien.
 
Les réserves d'Hollande
 
Je ne sais pas si beaucoup de Français, qui ne s'étaient déplacés lors premier tour des primaires socialistes, le feront lors du second tour mais il y a une chose dont je suis certain; si ils le font cela jouera à l'avantage d'Hollande. Quand on étudie le détail des résultats du scrutin selon le lieu d'habitation des électeurs, ce qui saute aux yeux est le bon score réalisé par la maire de Lille dans les grandes villes et les centres villes où les points de vote sont très accessibles. Le challenge d'Hollande est de faire se déplacer ceux qui habitent des zones moins denses alors qu'Aubry n'a plus de réserve.
 
Dans un papier paru juin, après les déboires de DSK, et intitulé Pourquoi François Hollande va gagner en 2012, j'avais prédit que Hollande gagnerait les primaires mais aussi la présidentielle. Je ne révise bien entendu pas  mon pronostic car avec 9 points d'avance sur la seconde, le culbuto a de la marge.

La Dette: thème officieux de la campagne présidentielle

Fracture sociale, Insécurité, et Pouvoir d'achat. Pas besoin d'être devin pour savoir que le thème de la campagne présidentielle de 2012 sera la Dette (cela mérite une majuscule).
Comment expliquer ce phénomène post-mitterrandien (la force tranquille c'est pas vraiment un thème, au plus un slogan publicitaire pour maison de retraite) donc assez récent où un sujet, certes important, réussi a faire passer dans l'ombre de nombreux autres thèmes non moins importants. Qui choisi le thème officieux des campagnes? Sur quels critères? Lire la suite →

Députés de l’étranger: Victoire acquise d’avance pour l’UMP?

Offrir la possibilité aux Français installés à l'étranger d'élire leurs représentants à l'Assemblée nationale est un vieux serpent de mer. François Mitterrand l’avait inscrit dans ses 110 propositions pour la France lors de l’élection présidentielle de 1981, Nicolas Sarkozy l'avait lui aussi promis lors de celle de 2007, mais le président actuel a tenu parole. 
11 députés sur 577 vont donc être désignés par ces Français vivant hors de France. Si petit soit ce nombre, cette nouveauté a suscité cependant quelques critiques de la part de la gauche en générale, des petits partis politiques en particuliers et assez peu du parti socialiste qui, malgré un réflexe pavlovien anti-sarkozy de pure forme, sait qu'il y trouve son compte et son intérêt comme je vais le montrer plus loin.

Quatre griefs animent ceux qui s’élèvent contre cette réforme. Celle-ci serait illégitime, le mode de scrutin serait inadapté, l'organisation couteuse et enfin le découpage des circonscriptions serait tout simplement du charcutage électoral.

Lire la suite →

Pourquoi François Hollande va gagner en 2012

Les déboires new-yorkais de Dominique Strauss-Khan, candidat putatif du PS, semblent avoir ouvert une ère d'incertitude pour les primaires socialistes et donc pour l'issue de la prochaine élection présidentielle.  En fait ce n'est qu'une apparence, il n'en est rien, car la nature ayant horreur du vide un nouveau champion s'est imposé rue de Solférino: François Hollande. Le député de la Corrèze sera le candidat du PS, se qualifiera pour le second tour et battra sans coup férir Nicolas Sarkozy, si celui-ci arrive à se qualifier au premier tour.
 
La dynamique de l'investiture au bénéfice du favori
 
Si François Mitterand s'impose comme le candidat du PS à l’élection présidentielle de 1981, bien que les Français de gauche comme de droite, lui préfèrent Michel Rocard, c'est parce qu'il contrôle l'appareil du parti.
Les temps ont bien changé, aujourd'hui les militants et les sympathisants de gauche ont les yeux rivés sur les sondages, la première préoccupation des sympathisants de gauche n'est ni le chômage, ni la crise économique, ni l'insécurité (et cela ne le sera jamais), ni les retraites, ni le pouvoir d'achat, c'est battre Nicolas Sarkozy. Pour atteindre cet objectif le choix se portera donc sur celui qui a le plus de chance de battre le président actuel au deuxième tour de la présidentielle. Selon les derniers sondage Hollande l’emporterait face à Sarkozy avec 62% des voix quand Aubry ne fait "que" 59%. Cette "dictature" des sondages a profité à Ségolène Royale et à DSK, cela profitera à François Hollande aujourd'hui.
 

Lire la suite →