___L'auteur___
me contacter
___S'abonner___
Qui suis-je?
S'abonner aux flux rss
S'abonner par e-mail
Me suivre sur twitter

Tag: Télévision

Les meilleures séries TV et les surcotées

breakingbQuel exercice ardu, voir impossible, qu’un classement des meilleures séries TV établi de manière objective et qui convienne à tous les goûts. Comparer une série fantastique comme Game of the Thrones à un policier comme Les Soprano a autant de sens que de confronter Miss France 2013 et Aronde, la vache de race normande qui a gagné le dernier concours général agricole. La méthode la plus objective, selon moi, est un classement par genre.

Le classement par genre n’est pas parfait pour autant et peut être un véritable casse-tête à cause de la porosité qu’il existe entre des genres même très différents. The Wire, par exemple, est une série policière mais qui aborde de si nombreux sujets politiques, économiques et sociaux qu’on ne sait plus trop comment la classer. Même chose pour Spartacus qui prend de telle liberté avec la réalité historique et utilise de si nombreux effets spéciaux qu’on ne sait plus si on a à faire à une série historique, fantastique ou de combat.

Lire la suite →

Too big to fail, la série à la gloire de Wall Street et de Henry Paulson

Too_Big_to_Fail_filmVous allez me dire: Encore un film sur la crise financière de 2008! Sauf que Too big to fail vaut vraiment le détour tant il est « remarquable » aussi bien sur le fond que sur la forme. L’histoire est simple; le naufrage de la banque d’affaire Lehman Brothers et sa tentative de sauvetage.

Je n’ai pas fait d’école de cinéma mais je crois savoir qu’un film réussi c’est d’abord un scénario avec un bon suspens. La difficulté avec les films historiques ou qui relatent des événements récents, qu’on a tous plus ou moins en mémoire, est qu’on connait la fin avant même d’avoir vu le début, à moins de faire de l’uchronie. Mais qu’importe, Curtis Hanson, le réalisateur qui bénéficie du financement de la puissante chaine câblée HBO, va s’appuyer sur une brochette d’acteurs aussi bons que ressemblants physiquement aux personnages qui interprètent (au prix de quelques tonsures ou à l’aide de peroxyde d’hydrogène s’il le faut pour aider dame nature). Et pour faire encore plus vrai, les noms des banquiers et des membres du gouvernement ne sont même pas modifiés, toute ressemblance avec des évènements actuels ou récentsn’a rien de fortuit.
Lire la suite →

La crise économique vue par les séries tv américaines

Vous souvenez-vous avoir entendu Colombo, Super Jaimie, J.R. ou le détective Starsky s’inquiéter d’une facture d’électricité à régler avant la fin du mois, sous peine de se voir plonger dans le noir? Les choses sont en train de changer et ce genre de préoccupation béotienne fait son apparition chez les héros du petit écran. La crise financière que nous connaissons actuellement a, en effet, non seulement changé la vie de nombreux habitants des pays occidentaux mais est aussi devenue une source d’inspiration pour les scénaristes  tv de Hollywood.

Les crises économiques et les problèmes sociaux ont commencé à être traité par Hollywood à partir du moment où la censure se faisait moins tatillonne. S’adressant à un public plus large, le cinéma du petit écran est traditionnellement en retrait par rapport à son grand frère mais il doit aussi tenir compte de l’opinion des annonceurs. Qui paie choisit la musique. Ce n’est donc pas un hasard si les canaux de distribution les plus en pointe dans ce bouleversement sont les chaines payantes. Qui accepterait de payer un abonnement de 50 dollars par mois pour se faire imposer les goûts du patron de Procter & Gamble?
Lire la suite →

Homeland: La série US audacieuse et intelligente

Je ne vais plus au cinéma depuis que les courbes de qualité des films pour le cinéma et des séries télé se sont croisées. Cela doit bien remonter aux Sopranos ou à The Shield. Même si à mes yeux Mad men ou Breaking bad sont les meilleurs productions de moment, je voudrais vous parler de la dernière pépite américaine, Homeland, qui se distingue par une audace inédite et jusqu'à ce jour unique.

Rassurez-vous, je ne vais rien vous dévoiler et le suspens restera entier même après avoir lu ces quelques lignes.

Lire la suite →

Sortie de route de la Ferrari?

Mais qu'est-ce qui a bien pu lui passer dans la tête à la Laurence? 
Comme vous j'ai été surpris – agréablement ou pas, je ne le dirais pas – par la question qui tue, Khadafi et le financement de la campagne présidentielle de 2007, de la présentatrice vedette du 20h00 de TF1. Comment cette charmante jeune femme blonde qui passe pour une "pauvre conne" (enfin pauvre surement pas, conne? Je ne le crois pas non plus) à côté des cadors du journalisme que sont les Elkabach, Pernod (je sais ça s'écrit pas comme ça mais si j'ai envie), Joffrin, Plenel et autres, a-t-elle pu trouver le courage de bousculer l'Homme à la Rolex®, le Bombardier hongrois, le Géant des Carpates, j'ai nommé Nicolas Sarkozy. J'ai rarement vu Nicolas Sarkozy déstabilisé aussi facilement, il est vrai que dire du mal de quelqu'un, que l'on a invité à planter sa tente dans son propre jardin quelques mois auparavant,  n'est pas chose aisée.

Lire la suite →

C dans l’air a du plomb dans l’aile

Il était une fois une jolie émission de télévision comme seul le service public pouvait en proposer.

Le principe était simple; expliquer au grand public les tenants et les aboutissants d’un sujet d’actualité brulant en faisant appel aux meilleurs experts qu’on pouvait trouver au quatre coins de la France, et si besoin était en faisant venir un étranger francophone et francophile. Cerise sur le gâteux (désolé je l’adore celle-là) aucun des experts convoqués n’avait la même opinion sur le sujet traité, de manière à ce que le téléspectateur puisse se forger la sienne sans qu’on la lui impose. Cette bande de joyeux drilles étaient arbitrés par un bon journaliste au physique bonhomme, le susnommé (encore désolé, promis c’est la dernière) Yves Calvi, avec lequel le Français « d’en bas » pouvait facilement se reconnaitre (pas comme avec un adonis dans le genre Delahousse). La déco minimaliste et l’absence de public favorisaient  la concentration du téléspectateur sur les bonnes paroles prodiguées par les intervenants. Le seul parasitage toléré était les questions, toujours pertinentes, posées par des téléspectateurs via sms ou internet.

Lire la suite →