___L'auteur___
me contacter
___S'abonner___
Qui suis-je?
S'abonner aux flux rss
S'abonner par e-mail
Me suivre sur twitter

Tag: Parti socialiste

Dette publique: La gauche gère-elle mieux?

S‘il est une idée, en politique, profondément ancrée dans les esprits, c’est bien celle que la gauche serait beaucoup plus dépensière que la droite et donc moins bonne gestionnaire des deniers publics. Ce préjugé est combattu avec le plus grand acharnement par la gauche. Passe encore de passer pour angélique face à l’insécurité, mais manquer de crédibilité dans le domaine budgétaire alors que la crise de la dette en Europe perdure, c’est l’équivalent d’un suicide électoral collectif pour le PS et ses alliés.

Alors des dizaines de petits soldats se sont mobilisés, du centre gauche à l’extrême gauche, pour nous répéter à l’envie ce message: La gauche gère mieux les finances de l’Etat que la droite. Lire la suite →

Députés représentants les Français de l’étranger: le triple échec

Avec 8 circonscriptions remportées sur 11 par le PS et son allié les Verts, on peut dire que les premières élections législatives organisées pour désigner les députés représentants les Français installés à l'étranger ont été une large victoire pour la gauche. Oubliées les accusations lancées contre l'UMP d'un "TPLD" (Tout pour le droite) avec des circonscriptions taillées sur mesure acquises d'avance.

Feedback rapide sur un article que j'ai écrit il y a presque un an, Députés de l'étranger: Victoire acquise d'avance pour l'UMP? où je montrais, chiffres à l'appui, qu'un tsunami de la gauche était possible. J'avais pronostiqué qu'en cas de victoire du candidat socialiste (les primaires socialistes n'avaient pas encore été organisées) avec 54% des voix le PS emporterait 8 circonscriptions contre 3 pour la droite. Finalement il n'aura suffit que de 52% pour atteindre ce but. Pour être plus précis le PS a remporté 7 sièges et son allié EEL l'Amérique latine (à cette époque PS et Verts étaient toujours en pleines négociation pour les législatives).

Lire la suite →

Les 17% de Montebourg n’iront pas aux urnes

Mission accomplie pour les électeurs de l'aile gauche du parti socialiste et pour les sympathisants de l’extrême gauche (communistes, mélanchonistes, NPA, Verts, etc.). Avec 17,3% de voix pour Montebourg, le candidat à la primaire le plus à gauche, contre seulement 5,7 pour Valls, le candidat le plus à droite, la gauche de la gauche a réussit son pari, déplacer le centre de gravité du PS en l'éloignant du centre. Et maintenant que faire? 
Au premier tour on choisit au second on élimine, a-t-on coutume de dire. Et si on optait plutôt pour un dimanche à la campagne et à la pêche à la ligne tellement Martine Aubry – la fille naturelle de Delors – et François Hollande – le fils spirituel de Delors – sont similaires.
Qui des deux candidats la gauche de la gauche se sent-elle le plus proche? Même si Aubry affiche une posture plus à gauche qu'Hollande, n'hésitant à fustiger la gauche mole, terme qui désigne le centre-gauche et d'une manière pas très élégante le physique un peu rond de son adversaire, peut-elle tromper 440.000 électeurs qui savent pertinemment que sur le fond rien ne les distingue réellement (les deux: ont voté oui à Maastricht, sont favorables au libre échange, sont opposés à une mise sous tutelle des banques etc.)
 
Blanc bonnet et bonnet blanc
 
Mon humble avis est que ces gens ne se déplaceront pas pour aller départager les deux candidats que même leur mentor, Montebourg, surnommait encore dimanche dernier blanc bonnet et bonnet blanc. On peut même se demander si le député de la Saône-et-Loire va appeler à voter pour l'un des deux candidats.
La cohérence idéologique voudrait qui Montebourg se range derrière Aubry qui s'affiche comme plus à gauche qu'Hollande, mais l’arithmétique et le bon sens lui disent le contraire: Stupide idée que de choisir le canasson qui a le moins de chance de l’emporter et de voir baisser son influence (et le nombre de maroquins pour ses amis) le jour où le député corrézien sera président.
 
Hare Ségo!
 
La seconde inconnue est l'attitude qu’adopteront Royal et les membres de sa secte – pardon ses sympathisants-. Comme beaucoup d'entre vous j'ai été ému par les pleures de Ségo après sa cuisante défaite mais je me suis vite repris. Et oui Madame Royal, les électeurs ne sont la propriété de personne et les 17 millions de Français qui ont voté pour vous, lors du premier tour de la présidentielle de 2007, l'ont fait faute de mieux et par défaut. Dans l'électorat de Royal il y a à boire et à manger, et surtout beaucoup d'illuminés pour qui c'est Ségo ou rien.
 
Les réserves d'Hollande
 
Je ne sais pas si beaucoup de Français, qui ne s'étaient déplacés lors premier tour des primaires socialistes, le feront lors du second tour mais il y a une chose dont je suis certain; si ils le font cela jouera à l'avantage d'Hollande. Quand on étudie le détail des résultats du scrutin selon le lieu d'habitation des électeurs, ce qui saute aux yeux est le bon score réalisé par la maire de Lille dans les grandes villes et les centres villes où les points de vote sont très accessibles. Le challenge d'Hollande est de faire se déplacer ceux qui habitent des zones moins denses alors qu'Aubry n'a plus de réserve.
 
Dans un papier paru juin, après les déboires de DSK, et intitulé Pourquoi François Hollande va gagner en 2012, j'avais prédit que Hollande gagnerait les primaires mais aussi la présidentielle. Je ne révise bien entendu pas  mon pronostic car avec 9 points d'avance sur la seconde, le culbuto a de la marge.

les 30 engagements pour le changement du PS: du vague et de l’incantation

Le projet socialiste pour l'élection présidentielle de 2012 a été adopté samedi 28 mai à l'unanimité, lors d'un vote à main levée, par les délégués de la convention réunie à Paris par le parti de Martine Aubry. Etonnant de voir un parti qui se déchire depuis 15 ans entre des rivalités personnelles et des courants  politiques antagonistes arriver à l'unanimité sur un texte. On se dit alors que ce texte doit vraiment être un ragout où toutes les tendance du PS ont mis quelques ingrédients au prorata de leur poids dans le parti.
 
Adopter un projet avant même d'avoir désigné son candidat c'est mettre la charrue avant les bœufs et cela montre que la primaire n'est pas adaptée à un parti politique qui privilégie les idées sur le chef.  Les primaires socialistes sont donc bien, comme certains le redoutaient, un concours de beauté. Hollande, qui s'est mis au régime et qui a perdu quelques kilos, l'a bien compris.

Si on pouvait résumer le projet socialiste pour 2012 en trois expressions: réinventer la roue, toujours plus de bureaucratie et dénie de réalité politique et économique!

 
Le Ps réinvente la roue à maintes reprises en proposant des solutions soit qui existent déjà, comme une banque publique pour soutenir les PME innovantes (point 1), soit qui ont échoué comme les emplois jeunes (point 4)
Avec le Ps c'est la bureaucratie qui progresse y compris au niveau européen avec une communauté européenne des énergies (point 10)
 

Lire la suite →

DSK : Ne pas sombrer avec lui

Dominique Strauss-Khan est mort. Politiquement s’entend, bien sure. Quelque que soit l'issue du long procès qui l'attend, le sort public de l'ancien directeur du FMI et ex-futur-président de la république est scellé. Même reconnu innocent, il gardera à jamais la réputation d'un malade sexuel. Les vannes se sont ouvertes et les témoignages vrais ou inventés de femmes contre lui vont d’accumuler, la paroles libérée appelle à la paroles libérée.  
 
L’après-DSK a donc commencé un dimanche matin de mai et cela aucun dirigeant socialiste ne l'avouera en public; on ne frappe pas un homme à terre, et surtout, il y a le sacro-saint principe de la présomption d’innocence.
 

Lire la suite →

Pourquoi les pauvres ne votent-ils pas à gauche?… Peut-être une question de bon sens!

"Pourquoi les ouvriers ne votent-ils gauche?", "Pourquoi les pauvres snobent-ils la gauche" ou "Pourquoi les classes populaires votent-elles à droite?". La grande question que posent les journalistes aux dirigeants politiques de gauche et que la gauche se pose à elle-même (ou feint de le faire) et qui revient en boucle (le dernier épisode étant l'interview de Mélenchon par Morand sur Europe 1) traduit un profond malaise plus particulièrement au parti socialiste – parti qui aspire à gouverner – qui ne peut ne passer d'un soutient des classes populaires pour revenir  au pouvoir.
 
N'a-t-on jamais entendu un politique de l'U.M.P. se demander pourquoi les bobos – Bourgeois-bohème – des grandes villes ne votaient-ils pas pour la droite? N'a-t-on jamais entendu un des Le Pen se plaindre qu'un pays comme la France, composé en majorité d'une population de race blanche, ne les ait jamais porté au pouvoir?

Lire la suite →