___L'auteur___
me contacter
___S'abonner___
Qui suis-je?
S'abonner aux flux rss
S'abonner par e-mail
Me suivre sur twitter

Sixteen tons: la complainte du mineur américain

Sixteen tons est une chanson des années 50 qui s'inspire des conditions de vie très difficiles des mineurs de charbon dans les Appalaches (est des États-Unis). Si on ne peut compter le nombre de chansons politiques, plus ou moins réussies, à ma connaissance, 16 tons est le seul grand succès qui entre dans la sous-catégorie des chants d'inspiration syndicale (en excluant l'incontournable "…si tu savais, ta réforme où on s'la met…) bien que le texte ressemble plus à une complainte qu’à un appel à la révolte.

On a coutume de dire que les grands textes, littéraires ou musicaux, se reconnaissent à leur caractère universel et intemporel. Aujourd'hui avec la crise de la dette dans la zone euro, on peut dire sans aucune doute que 16 tons entre dans cette catégorie.

 

J'ai tout simplement découvert ce titre en regardant une de mes séries télé favorites, Mad men. Cela me donne l'occasion de répondre à ceux qui trouvent que cette série est "lente et qu'il ne se passe rien" qu'en faisant un peu d'effort, en suivant les aventures de Don Drapper, on découvre une page importante de l'histoire des États-Unis vécus de l'intérieur.
 
16 tons a été interprétée par de nombreux artistes, de Johnny Cash à Tom Jones en passant par Elvis Presley, il existe même une version française chantée par notre Eddy Mitchell national.  Mais l'interprétation la plus connue et la plus appréciée revient à Tennessee Ernie Ford et ce n'est que justice, non seulement le bonhomme a eu le bon goût de naitre à Bristol, Tennessee, "lieu de naissance de la musique Country" selon le Congrès américain mais en plus cette ville est située au pied du versant oriental des Appalaches à quelques kilomètres des anciennes mines de charbon.
 
J'ai trouvé au "Royaume du tout et du n'importe quoi", Internet, beaucoup de traductions de cette chanson, malheureusement aucunes ne me convenait. Soit le traducteur semblait avoir utilisé Google traduction sans aucune correction soit il avait privilégié de conserver le rythme du texte anglais au détriment du mot pertinent et juste en Français. J'ai donc décidé m'y coller avec pour objectif d'êtres le plus fidèle possible à la signification du texte et au diable les rimes. N'essayer donc pas de reprendre ces paraboles en français pendant un karaoké.
 
Une courte explication de texte
 
Le texte fait référence au système économique mise en place au 18ème siècle par les compagnies propriétaires de mines de charbon dans l'Est des États-Unis pour régir les relations entre elles et leurs salariés. En échange de leur force de travail, les mineurs étaient logés et recevaient des bons d'achat qui leur permettaient de s'approvisionnaient auprès du magasin de la compagnie, seule une petite partie des salaires étaient payés en bons Dollars américains. Conséquence des salaires bas et des coûts de vie relativement élevés (le magasin de la compagnie ayant le monopole de vente dans le camp) les mineurs disposaient d'une faible épargne ou étaient endettés ("Je dois mon âme au magasin de la compagnie") et ainsi ne pouvaient quitter la mine.
La référence à la bible est omniprésente dans le texte mais cela n'a rien de révolutionnaire pour de la musique country très populaire dans la "Bible belt".
 
 

  Sixteen tons / Seize tonnes

 

Some people say a man’s made out of mud,             
A poor man’s made out of muscle and blood,
Muscle and blood and skin and bones,
A mind that’s weak and a back that’s strong.

Certaines personnes disent qu'un homme est fait de boue,
Un homme pauvre est fait de muscle et de sang,
Du muscle et du sang et de la peau et des os,
Un esprit aussi simple que le dos est fort.

You load sixteen tons and what do you get?
Another day older and deeper in debt.
Saint Peter, don’t you call me ’cause I can’t go,
I owe my soul to the company store.

Tu charges 16 tonnes et qu'est-ce que tu obtiens?
Un jour de plus et plus de dettes,
Saint Pierre, ne m'appelle pas car je ne peux pas partir,
Je dois mon âme au magasin de la compagnie.

I was born one mornin’ when the sun didn’t shine.
I picked up my shovel and I walked to the mines.
I loaded sixteen tons of Number Nine coal,
And the straw-boss said, “Well, bless my soul.”

Je suis né un matin où le soleil ne brillait pas.
J'ai pris ma pelle et j'ai marché vers les mines.
J'ai chargé seize tonnes de charbon numéro neuf,
Et le contremaitre m'a dit, "Bénissez mon âme."

You load sixteen tons and what do you get?
Another day older and deeper in debt.
Saint Peter, don’t you call me ’cause I can’t go,
I owe my soul to the company store.

Tu charges 16 tonnes et qu'est-ce que tu obtiens?
Un jour de plus et plus de dettes,
Saint Pierre, ne m'appelle pas car je ne peux pas partir,
Je dois mon âme au magasin de la compagnie.
  
I was born one mornin’, it was drizzlin’ rain.
Fightin’ and trouble is my middle name.

Raised in the Canebrake by an old mama lion,
Ain't no a high-toned woman make me walk the line
.

Je suis né un matin de crachin.
Bagarre et problème est mon deuxième nom.
Elevé dans un champ de canne à sucre par une vieille lionne de mère,
Y a pas meilleure femme pour ne pas me faire passer le ligne jaune.

You load sixteen tons and what do you get?
Another day older and deeper in debt.
Saint Peter, don’t you call me ’cause I can’t go,
I owe my soul to the company store.

Tu charges 16 tonnes et qu'est-ce que tu obtiens?
Un jour de plus et plus de dettes,
Saint Pierre, ne m'appelle pas car je ne peux pas partir,
Je dois mon âme au magasin de la compagnie.

WeIl, if you see me a-comin’ you better step aside.
A lotta men didn’t and a lotta men died.
I got a fist of iron, and a fist of steel.
If the right one don’t get you, then the left one will.

Si tu me voit arriver tu ferais mieux de t'écarter.
Beaucoup ne l'ont pas fait et beaucoup sont mort.
J'ai un poing de fer et un poing en acier.
Si celui de droite ne t'atteint pas le gauche le fera.

You load sixteen tons and what do you get?
Another day older and deeper in debt.
Saint Peter, don’t you call me ’cause I can’t go,
I owe my soul to the company store.

Tu charges 16 tonnes et qu'est-ce que tu obtiens?
Un jour de plus et plus de dettes,
Saint Pierre, ne m'appelle pas car je ne peux pas partir,
Je dois mon âme au magasin de la compagnie.

Une version plus rythmée en bonus ci-dessous

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *