___L'auteur___
me contacter
___S'abonner___
Qui suis-je?
S'abonner aux flux rss
S'abonner par e-mail
Me suivre sur twitter

Quelle différence entre marché organisé et gré à gré ?

hot-teacher-e1318718248707-300x242Je suis toujours surpris de constater que deux termes aussi simples que « marché organisé » et « marché de gré à gré »  (O.T.C. Over-The-Counter en anglais) soient si souvent mal expliqués dans les médias et même plus surprenant sur des sites et des blogs financiers où même dans des ouvrages académiques alors qu’il n’y a pas plus simple.

Le marché organisé est « intermédiarisé » (désolé pour le néologisme), c’est-à-dire qu’entre le vendeur et l’acheteur se place une chambre de compensation qui fait l’interface entre les deux acteurs et qui assure le bon déroulement du contrat sans que ceux-ci aient besoin de se connaitre ou de communiquer.

Le marché de gré à gré désigne une situation où deux acteurs financiers négocient directement entre eux même si un courtier intervient, à condition que ce dernier n’intervienne d’aucune manière dans les règlements de la transaction.
C’est simple, non? J’ai péché sur le net quelques fausses affirmations que je vous livre. Ces affirmations ne sont pas toutes entièrement fausses mais elle sont tellement approximatives et généralisantes qu’elles n’ont pas leur place dans une définition.

Les contrats échangés sur les marchés O.T.C. ne sont pas standardisés. Faux. Le fait que le produit financier soit standardisé ou pas n’a aucune influence pour caractériser la nature du marché en question. La majorité des fameux C.D.S. sont standardisés mais comme il n’existe, à l’heure actuelle, aucune bourse d’échange de ce produit les transactions l’a concernant  passent par le gré à gré.

Les marchés organisés sont régulés de telle sorte que le risque de défaut de la contrepartie est nul. Faux. Toutes les chambres de compensation ont des systèmes (appels de marges, suspension de cotations, etc.) qui leur permettent de d’éviter un défaut d’une contrepartie mais aucune n’est à l’abri d’une défaillance humaines ou technique ou d’une attaque de hackers sur leurs systèmes informatiques.  La récente faillite de Mt. Gox en est la preuve.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *